Critique - Le Monde est beau : Bourratif  - Avignon Off - (23/07/17)

Cette comédie à sketches n’est pas sans rappeler les shortcom télévisées du moment – ou formats courts – très en vogue actuellement. Dans le genre Scènes de ménage ou Nos chers voisins, Didier Lafaye a donc écrit dix courtes saynètes pour couples âgés dans un style volontairement bête et méchant. Qu’ils matent chez les voisins à la jumelle pour se repaitre des horreurs qu’ils y découvrent, cherchent leurs mots et les noms propres ou font le bilan de leurs années de mariage, ils ont une idée sur tout et ne voient que midi à leur porte. Ils pourraient être Monsieur et Madame Toulemonde, des retraités qui s’ennuient en quête de vacheries, aigris, à moins qu’ils n’aient qu’un mauvais fond. Des mises en situations rapides, des chutes un peu vaches, soutenues d’une musique énergique et entrecoupées d’un gimmick sur les déboires d’un standard téléphonique. Ce n’est pas mal troussé, mais ces rois du canular ont le verbe lourd. Tantôt pâteux, tantôt cabots, les comédiens Josette Stein et Didier Lafaye se font plaisir d’abord à eux-mêmes en jouant, ce qui n’est jamais bon au théâtre. Il en résulte un spectacle qui se veut volontairement grinçant, mais n’est que pesant et faussement enjoué.

François Varlin

Le Monde est beau
De Didier Lafaye. Mise en scène : Patrice Leconte. Avec Josette Stein et Didier Lafaye.
Les 3 Soleils, 4 rue Buffon, 84000 Avignon, 04 90 88 27 33, www.les3soleils.fr 

jusqu’au 30 juillet à 16h55


Facebook