critique - Hamlet : Delirium de prince - Avignon Off - (15/07/18)

Assurément, le metteur en scène Xavier Lemaire n’a pas rêvé son Hamlet en héros romantique, éthéré et torturé. En choisissant Grégori Baquet dans le rôle-titre, il l’a voulu pur et déterminé. Volontaire. Le front ceint de la couronne sur une chevelure peroxydée, Baquet fait le show : insolent, provocateur, moqueur, feignant la folie, il crie vengeance entre bad boy perfide et boy-scout chevaleresque. S’affrontant au roi meurtrier de son père, il défie le pouvoir et prend ses ordres d’un spectre effrayant. Sa performance est éprouvante et physique. 
L’adaptation et la réduction de l’oeuvre à une pièce de 2h15 dans une langue très contemporaine n’abime en rien son côté épique. Xavier Lemaire y mêle une certaine forme de burlesque, de pantomime, des images, des techniques de vidéo et orchestre le tout avec maitrise. Il organise l’espace à l’aide de deux jeux d’escaliers modulables qui créent à l’infini des salles du palais, des remparts, des emplacements de jeu éclairés de couleurs foncées et environnées de brumes ; une esthétique médiévale fantastique dans la tendance actuelle qui se retrouve dans l’extravagance des costumes. Certaines scènes sont saisissantes, comme par exemple l’apparition du fantôme ou la mise en terre d’Ophélia, d’autres plus surprenantes. Le rythme est effréné, et dans cette économie de la tragédie, le mérite revient à l’ensemble de la troupe. 

François Varlin

Hamlet
De William Shakespeare
Adaptation et traduction de Xavier Lemaire et Camilla Barnes
Mise en scène Xavier Lemaire
Avec : Grégori Baquet, Manuel Olinger, Julie Delaurenti, Philipp Weissert, Francisco, Pia Chavanis…
Théâtre des Halles à 22h, durée : 2h10
du 6 au 29 juillet. Relâches les 9, 16 et 23 juillet
04 90 85 52 57
www.theatredeshalles.com 



Facebook