Adieu à Armand Gatti, théoricien du théâtre - (06/04/17)

Le poète et théoricien du théâtre Armand Gatti nous a quittés aujourd’hui à l’âge de 93 ans. 
D’abord journaliste, ce fils d’immigrés italiens a découvert sa vocation pour le théâtre dans les camps en Allemagne. Du moins, c’était la légende qu’il s’était construite et qui s’est effondrée des décennies plus tard lorsqu’on a découvert qu’il n’avait jamais été déporté à Neuengamme, mais était dans un camp de travail à Hambourg. Il n’empêche, ce mensonge marque le point de départ d’une vie tournée vers les autres. Ses pièces, dont Jean Vilar monte Le Crapaud-Buffle en 1959, reflètent les grands mouvements qui ont marqué le XXe siècle : la Seconde Guerre mondiale, l’Algérie, la guerre du Vietnam, Franco… témoin également de son époque comme journaliste. Ses reportages lui ont d’ailleurs valu de recevoir le prix Albert-Londres.
Visionnaire, c’est lui - avec Hélène Châtelain, Stéphane Gatti (son fils) et Jean-Jacques Hocquard - qui a défendu La parole errante, ce lieu créé en 1986 dédié à des œuvres mêlant différents arts :  écriture, théâtre, peinture, musique, vidéo et cinéma. La parole errante est aussi le titre d’un de ses romans autobiographique. Armand Gatti était aussi scénariste et réalisateur.
 
Hélène Chevrier


Facebook