THEATRE VICTOR HUGO

THEATRE

Isbhujwa

Des Soweto’s Finest
Le Soweto's Finest, très jeunes danseurs sud-africains montés sur ressorts, se font les ambassadeurs contagieux d’un nouveau style urbain, le sbuja. Cette combinaison hip hop ultra-nerveuse injectée de danses traditionnelles et de rythmes zoulous fait monter la fièvre en transperçant tout le corps. Grimaces, sifflements, cris et rires, le sbuja est passé par là.
Jeudi 9 octobre 2014 à 20h30

Auteurs en acte
Par la Compagnie SourouS
Tout au long de l’année, La compagnie SourouS anime trois ateliers autour de la création d’un spectacle, joué en juin au théâtre.  Le thème choisi, « Ecritures urbaines », fait parfaitement écho à notre société contemporaine où la culture urbaine est de plus en plus présente et représentée. Ce weekend prolongé en est une mise en bouche, venez déguster MICRO FICTIONS le jeudi 13, LES MARJORETTES le vendredi 14, MATERNITA(S) le samedi 15 et SOUVENIRS SAXIFRAGES POUR DEMAIN le dimanche 16 novembre. Bon appétit !
Du 13 au 16 novembre 2014


Notre Petit Royaume
Par la compagnie Les Petits Zefs
Une petite fille ne veut pas s’arrêter de rêver, elle dessine son royaume, enfantin et intime, en mettant en scène ses jeux et ses peluches. Nicolas Vuillier nous offre un univers visuel et coloré où les vieux jouets s’animent comme des automates, prennent vie et rire. Mais la sonnerie du réveil finit toujours retentir… Tic tac tic tac…
Mercredi 19 novembre à 10h30 et 14h
 
Mine noire
Par la Créatures compagnie dans le cadre du festival MarTO
La Créatures Compagnie nous régale d’un spectacle poétique, intelligent et transgressif. Des créatures sorties d’un film expressionniste, nous content un monde peuplé d’êtres culs-de-jatte. Dans cet univers où les sujets sont lobotomisés, certains ont choisi de se rebeller. D’autres encore rêvent et espèrent un avenir meilleur loin de ce lieu maudit.
Les 28 et 29 novembre à 19h et 21h

Trahisons
Par la Compagnie Miroir et Métaphore, mise en scène : Daniel Mesguich
Emma entretient une relation avec Jerry, le meilleur ami de son mari. La pièce s'ouvre sur cet aveu. « Les personnages, chaque fois, savent, mais… ne savent pas qu’ils savent. Et nous assistons, impuissants, à l’inéluctable : l’avancée patiente et lancinante  de ce savoir de savoir; son éclosion à la conscience. » Vertigineux.
Vendredi 5 décembre à 20h30

Maputo Mozambique
Chorégraphe : Thomas Guérineau
Avec le Maputo-Mozambique, un jonglage musical à 12 mains prend forme et Esprit. Différentes techniques sont mises en scène pour faire émerger des états de corps libres et puissants : manipulation en tout genre, improvisations vocales et dansées… Maputo-Mozambique ne porte pas seulement le nom de ce pays africain, elle en porte surtout l’âme et la singularité.
Jeudi 11 décembre à 20h30

Hotel Paradiso
Par la Familie Flöz
Parmi les créations de FAMILIE FLÖZ voici une comédie que l'on pourrait sous-titrer : Humour noir pour un drôle de cauchemar dans les Alpes. Il se passe des choses étranges à l'Hotel Paradiso, un respectable petit hôtel de famille désuet : un corps apparait, ce qui n’est jamais bon pour les affaires. Dès la première scène, les masques nous surprennent. Les personnages discutent, rient, pleurent sans jamais prononcer de mot, ce sont les gestes qui parlent.
Vendredi 20 décembre à 20h30

Je est un arbre
Par la compagnie Furiosa, écrit et joué par Fabienne Muet
« Je est un arbre » est une quête identitaire, un conte initiatique qui mêle jeu et théâtre d’ombre, marionnette et masque. Fabienne Muet met en scène comment l’on se construit et déconstruit en permanence, tout ce qui nous traverse et nous touche. Un monologue qui nous parle à tous, fait écho à notre propre quête du « qui suis-je ».
Vendredi 16 janvier à 20h30

Reprise des hostilités
De Régis Mailhot
Le trublion de l’actualité revient à Bagneux avec sa dernière création.  Avec Reprise des hostilités, Régis Mailhot s’insurge contre le « correctement penser » qu’impose une société moraliste et démoralisante, dans laquelle le métier d’humoriste devient un défi quotidien. Il nous invite à rire avec intelligence de tout, de tous et ça soulage !
Samedi 17 janvier à 20h30

Le petit collectionneur de couleurs
Par la compagnie Gazelle
Un petit bonhomme curieux et avide de découvertes veut savoir si le monde est aussi doux et blanc que celui dans lequel il vit avec Nuage son doudou. Le temps d’une journée, nos deux comparses vivent des aventures qui mettent en éveil leurs sens au gré des pays colorés qu’ils traversent. Ils découvrent les matières, les odeurs, les sensations que leur suggère ce voyage musical et chanté, tout en couleurs...
Mercredi 21 et jeudi 22 janvier à 10h45

Jongleur !
Par la compagnie Pré-O-coupé, artiste : Nikolaus
Le quotidien du jongleur est dans la chute… Cela donne une idée du niveau anxiogène de ce métier : la défaite est permanente et inévitable ! Forcément la balle tombe. À partir d’un répertoire de «cataclysmes du quotidien», Nikolaus entreprend de sublimer la fin du monde et se sacrifie, encore une fois en tant que clown, pour éviter à l’homme rien moins que l’apocalypse. Ça promet !
Samedi 24 janvier à 20h30

L’école des femmes
Par la compagnie ARRT, mise en scène : Philippe Adrien
Philipe Adrien donne à l’œuvre de Molière le ton de la comédie pour mieux en montrer la sauvagerie. Cette comédie sociale mélange les registres de la farce et de la tragédie pour traiter avec pertinence la question des relations homme femme, de leur juste équilibre. Une mise en scène respectueuse du texte qui replace l’intrigue au 19ème siècle, période où la situation des femmes est sur le point d’évoluer de façon significative. 
Encore un classique ? Certes, mais il n’a rien perdu de sa grandeur et, comme le dit le metteur en scène, « on se rend au théâtre aussi bien pour découvrir que pour retrouver, se retrouver, se reconnaître soi-même. »
Vendredi 30 janvier à 20h30

Puzzle
Par la compagnie Arcane, chorégraphe : Maria Ortiz Gabella
Fantastique, l'univers de Puzzle retrace le parcours d'un personnage perdu dans sa mémoire et obligé de plonger dans ses pensées en vrac pour reconstituer, comme un détective, le film de sa vie. Ce cheminement met l'accent sur l'importance du savoir comme arme contre les violences et l'impossibilité de communiquer : « L'ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit » disait Aristote. Puzzle est un spectacle dédié à l'imaginaire, aux contes de l'enfance, résolument tendre et épuré : une métaphore sur la connaissance.
Mercredi 4 février à 10h30 et à 14h

Mangez-le si vous voulez
Par le Fouic Théâtre, mise en scène : Jean-Christophe Dollé
Alain était leur ami d’enfance, un beau jour d’été, ils l’ont mangé. Avec cette pièce Jean-Christophe Dollé achève - par l’hystérie collective - son triptyque sur les pathologies. Il nous offre, dans une mise en scène décalée et bluffante, une pièce quasi cartoonesque. Cette adaptation théâtrale de l’ouvrage de Jean Teulé est, osons le superlatif, brillantissime. 
A ne pas louper !
Samedi 7 février à 20h30

Mijaurées
Par la compagnie Anima Théâtre
C’est l’histoire de l’ogre, non plutôt de sa femme, la femme de l’ogre du Petit Poucet, celui qui a dévoré ses 7 filles… Mais ce n’est pas l’histoire du Petit Poucet, c’est justement l’histoire de ces 7 filles. Les 7 filles mangées par l’ogre et sa femme, à la place du Petit Poucet et de ses frères… Que serait devenues ces 7 filles si elles n’avaient pas été dévorées par leurs parents ?
« Mijaurées ! » c’est 7 contes classiques réécrits par des auteurs contemporains. Une série de fables qui interroge tant le passage de l’enfance à l’adulte que les représentations féminines offertes aux petites filles.
Mardi 3 mars à 10h30 et à 14h

Les Stradivarias
Une production de Coup de Théâtre Productions
Quatre divas débarquant tout droit de Madrid, glamour vibrant. Lient avec talent la musique classique et la pop, séduction et humour pour traiter de façon cocasse les travers humains tels que la jalousie, l'amour, l'égocentrisme. Irrésistible ! Mixte osé et réussi tels que Schubert avec ¨Police, Beethoven et Stewie Wonder, Rossini avec Queen. Tours d'esprit et performances musicales inhabituelles.  
Laissez-vous captiver par ce quatuor improbable, attention vibrations au rendez-vous !
Dimanche 8 mars à 17h

L’après-midi d’un Foehn
Par la compagnie Non Nova
Combien de temps vit un sac plastique ? Entre la mélasse du pétrole et son utilisation…? Et si nous aussi, humains, accrochés au sol, nous pouvions nous échapper de la gravitation pour enfin flirter avec le libre arbitre des vents, et nous laisser transporter dans les valses de l’air ?
A partir de ces réflexions Phia Ménard nous offre une chorégraphique du souffle pour sacs plastiques transformés. Une pure merveille !
Mardi 11 et mercredi 12 mars à 9h30, à 10h45 et à 14h

Le carrousel des moutons
De Dirk Van Boselaere et Fien Van Herwegen
D’irque, fagoté d’un pyjama rayé et de charentaises à carreaux, semble dormir sur un piano. Le piano reste docile un moment…avant de se cabrer ! Ce spectacle est un formidable moment de prouesses poétiques et acrobatiques. Une création qui donne aux spectateurs, petits et grands, la même ivresse, magique et nostalgique, d’un petit tour de carrousel... Alors si ce manège enchanteur passe près de chez vous pourriez peut-être aller y compter les moutons !
Dimanche 15 mars à 17h

Entretien avec la mer
Par la compagnie ARRT, mise en scène : François Chaffin
Pour cette nouvelle création François Chaffin se propose d’explorer nos petites déviances, ce que nous nous n’avouons à personne, qui ne dialoguent qu’avec nous, ce qui nous rendrait singuliers - inacceptables peut-être – et que nous étouffons promptement.
Alliage de mots et de guitares (nous retrouverons pour cette pièce le guitariste Benjamin Coursier), le spectacle se jouera à la manière d'un oratorio débraillé et sensible. Expert de l’art du monologue (Prométhée poème électrique), il imagine Entretiens avec la mer comme une suite polyphonique de monologues, accompagnée de la poésie électrique d’un orchestre de bar...
Vendredi 20 et samedi 21 mars à  20h30

Paradéisos
Par la compagnie AMK
Et si le paradis existait sur terre, niché dans une qualité d'échanges que nous pourrions repenser avec la terre, soi-même et les autres ?
Paradéïsos est le rêve chorégraphié d'un écosystème harmonieux, proposant aux enfants une joie de vivre, au cœur d'une Islande peuplée de petits êtres bienveillants.
Danse, récit, images animées, guitare électrique, chants, paroles d’enfants et sculpture s'articulent en trois tableaux - trois jardins des délices - pour s'offrir ici-bas un morceau de paradis retrouvé.
Mercredi 25 et jeudi 26 mars à 10h30 et à 14h

Pierre et le loup… et le jazz
D’après l’œuvre de Serge Prokofiev par The Amazing Keystone Big Band – Dans le cadre du festival CHORUS
« Pierre et le loup et le jazz » a pour objectif de faire découvrir aux enfants et autant aux adultes le jazz dans tous ses aspects, à partir d’une adaptation originale de l’œuvre de Prokofiev. Les instruments de musique donnent forme et vie aux différents personnages, une relecture jubilatoire à travers l’histoire du jazz !
Jeudi 2 avril à 20h30

Jeunes talents Humour
Double plateau avec Réda Seddiki et Nadia Roz
Un jeune homme, une jeune femme à l’univers bien différent : deux jeunes talents dont nous vous proposons de partager avec nous le plaisir de la découverte lors de ce double plateau humour.
Samedi 11 avril à 20h30

Voyager Record
Collectif I’m a bird now
En 1977, le Voyager Golden Record fut envoyé dans l’espace par la NASA pour communiquer aux éventuels extraterrestres l’essentiel de notre humanité. La sonde Voyager a quitté le système solaire en août 2012. C’est cette idée d’une « bouteille à la mer interstellaire »  qui a inspiré Le voyager record. Que retenir de notre humanité ? Quel choix ? Que voulons-nous transmettre de nous-mêmes ?...
Mardi 5 mai à 14h, mercredi 6 mai à 10h30 et jeudi 7 mai à 10h30 et 14h

Le lac des cygnes
Par la compagnie Ethadam, chorégraphe : Ibrahima Sissoko
Ce spectacle est né d’une démarche d’ouverture et de croisements portée par le chorégraphe. Une création qui associe la danse hip hop et la musique de Jean Sébastien Bach. Les danseurs sont polyvalents, de vrais virtuoses qui ont un rapport au corps, une écoute et une ouverture d’esprit qui dépassent l’attachement à un style défini.
Les codes et le vocabulaire urbains se frottent à ceux du classique pour une pièce à la croisée des esthétiques, un véritable travail de métamorphose autour d’une œuvre classique.  
Vendredi 29 mai à 20h30



MUSIQUE

ROBERT CHARLEBOIS

Robert Charlebois fête cette année ses 50 ans de carrière. Pour célébrer cet anniversaire, il a choisi de nous interpréter quelques-unes des chansons incontournables qui ont marqué son parcours d’auteur, de compositeur, d’interprète, de bête de scène.
Charlebois, c'est une voix unique et toujours aussi essentielle pour la Francophonie.
Un concert qui s’annonce inoubliable !
Dimanche 12 octobre à 17h

TIGRAN HAMASYAN
« Shadow Theater »
En 2006, à19 ans, après sa victoire au prestigieux concours Thelonious Monk sous la présidence de Herbie Hancock, Tigran se retrouve sur scène.
Il tourne avec de nombreux artistes et crée son propre groupe en 2009 avec des musiciens de la scène new-yorkaise. Son quintette Aratta Rebirth est un mélange de traditionnel arménien, métal et jazz fusion. Trois ans plus tard, il enregistre seul avec son piano et sa voix sur quelques titres "A Fable" qui remporte une Victoire de la Musique. Avec « Shadow Theater’, il poursuit son entreprise de construction massive. Après avoir exploré l’univers des fables arméniennes, c’est dans une autre tradition, plus visuelle qu’orale, qu’il puise son inspiration. C’est comme une invitation à passer de l’autre côté du miroir, dans un monde imaginaire et onirique : un art en apparence simple où des silhouettes s’animent par magie derrière une toile.
Vendredi 7 novembre  à 20h30 

  
Cinq de cœur
« Le concert sans retour »

GRAND CONCERT DE PRESTIGE !
Cinq de cœur va chanter son fameux programme romantique allemand qui fait le délice des mélomanes de tous bords : Brahms, Schubert … !
Mais… Que se passe-t-il ?
Un discours de présentation incongru, des mains soudain incontrôlables, le baryton qui perd la tête…
Le plateau semble se fendre et se détacher du théâtre; il dérive sur l’océan tel un iceberg qui, en fondant, égraine les souvenirs des uns et des autres, leurs fantasmes inavoués et inavouables…
Nos cinq acrobates de la voix, plébiscités pour leurs prestations irréprochables, se livrent alors à une exhibition dont ils perdent tout contrôle ! 
Dimanche 23 novembre -17h - Théâtre Victor Hugo

La leçon de jazz d’Antoine Hervé
« Keith Jarret, pianiste sans frontière »
Antoine Hervé, pianiste-compositeur de tout premier plan, ancien directeur de l’Orchestre National de Jazz, offre aux amateurs de jazz - ou à ceux qui veulent simplement le découvrir - quelques clés pour entrer dans l’univers des grands du jazz. Il réussit à merveille l'alliage du musicien et du conteur. Son secret ? Marier l'amour de la musique à celui de la rencontre.
Avec cette leçon de jazz consacrée à Keith Jarret , il propose d’illustrer au piano de manière vivante, humoristique et divertissante la vie et l’œuvre de ce grand musicien.
Dimanche 30 novembre à 17h – Maison de la Musique et de la Danse

FLAVIA COEHLO
« Mundo Meu »
Flavia a grandi à Rio de Janeiro aux rythmes de la Samba, du Pagode et s’est imprégnée des harmonies de la Bossa Nova. Elle joue la carte du métissage musical entre le Brésil et la Jamaïque (Reggae, Raggamuffin). Installée à Paris depuis 2006, elle s’est nourrie aussi des nombreuses rencontres faites en chemin. Energique, lumineuse, chaleureuse et profonde, Flavia a une sacrée personnalité. Sa présence explosive, son énergie contagieuse font de chacun de ses concerts un moment festif inoubliable. Flavia est une performeuse exceptionnelle !
Samedi 6 décembre 20h30 -  Théâtre Victor Hugo

JOUSSOUR
C’est Issa Murad, compositeur et oudiste franco palestinien qui a fondé cette formation.
Joussour qui signifie « pont » en arabe est le fruit d’une rencontre entre lui, musicien de formation orientale et des jazzmen parisiens, un percussionniste syrien et un joueur de ney indien. Ce sextet hétéroclite interprète la musique authentique et originale d’Issa Murad, au croisement d’influences arabes, latines et jazz.
C’est une véritable fusion qui se rit des frontières et vous fera découvrir de nouvelles sonorités.
Dimanche 25 janvier à  17h
– Maison de la Musique et de la Danse

Peirani & Parisien Duo Art
« Belle Epoque »
Les deux musiciens se sont connus au sein du quartette de Daniel Humair. Même âge, même goût de l’expérimentation et de l’improvisation, tous deux lauréats du prix Django Reinhart à une année d’intervalle, avec ce duo et la création de ce projet ils ont décidé d’immortaliser une grande amitié et aussi une complicité unique. « Belle époque », tout d’abord conçu pour un hommage à Sidney Bechet, a laissé place à l’inventivité, des harmonies imprévisibles, une musique joyeuse et populaire, virtuose et légère. Ces deux compères apportent la preuve que la scène française est loin de s’essouffler.
Le duo Peirani-Parisien est une des révélations du jazz 2013 salué par l’ensemble de la critique.
Une rencontre inédite à ne pas manquer !
Dimanche 8 février à 17h – Maison de la Musique et de la Danse

Marc Cary Focus Trio
Marc Cary, c’est l’un des coups de cœur de la rentrée jazz 2013. Après un album solo en hommage à Abbey Lincoln, le pianiste qui voyage sans arrêt entre jazz et hip hop au fil de ses projets présente là un trio au sommet de son art.
Il a perfectionné un son unique et une approche qui fait part belle à l’improvisation.
« Marc Cary est un musicien génial... Profondément ancré dans la tradition tout en étant avant gardiste » Robert Glasper
Vendredi 13 mars à 20h30 


The Tiger Lillies
« Songs From The Gutter »
The Tiger Lillies, trio londonien inclassable, est souvent décrit comme un cabaret brechtien à l’humour très noir  à la frontière du burlesque des années 30, du punk et de l’opéra italien. Emmené par la voix de haute-contre de son charismatique leader Martyn Jacques, le groupe excelle dans l’interprétation de personnages décapants. Pour cette nouvelle création  ils ont décidé mettre en lumière la vie d’Edith Piaf. « Songs From The Gutter" vous propose un voyage excentrique dans le Paris d’après-guerre.
Samedi 28 mars 20h30 

“ I have a dream”
Cie ChoréOnix
Cinquante ans après, la marche vers Washington et le célèbre discours de Martin Luther King contre le racisme sont revisités par le chorégraphe nord-américain Bruce Taylor. Dans son ballet « I Have A Dream », il tente de démontrer l'empreinte que ce moment historique a laissée sur nos corps, grâce à la performance de ses danseurs contemporains. Un spectacle historique et émouvant, vibrant hommage à ce grand humaniste, la célébration du rêve et de l’espoir qu’un jour nous puissions tous vivre libres, égaux et en paix.
Samedi 4 avril 20h30 

TOUMANI DIABATE & SIDIKI
Si Toumani jouit de la reconnaissance du grand public grâce à ses albums, à son partenariat avec le regretté Ali Farka Touré, qui lui valut deux Grammy Awards, et à diverses collaborations notamment  Taj Mahal, Björk, Dee Dee Bridgewater…, Sidiki est un parfait inconnu sur la scène internationale, car au Mali, ce jeune virtuose de 22 ans est une star. Héritier de la tradition ancestrale des griots mandingues et mutant de l’ère digitale jouant de la kora à la vitesse de la lumière en s’accompagnant de beats électroniques, Sidiki incarne une rencontre inédite entre un lointain passé africain et un futur déjà agissant.
Vendredi 10 avril 20h30 


Dan Tepfer
“Les Variations Goldberg”
Considéré comme « Brillant » par le Boston Globe, « Remarquable » par le Washington Post ou encore de « Voix singulière » par Libération, Dan Tepfer fait aujourd’hui parti des pianistes auxquels on ne peut échapper. Rendu célèbre par le duo qu’il forme avec Lee Konitz, Dan Tepfer continue d’exceller dans l’art de l’improvisation et son goût du risque est sans limite. C’est ainsi qu’il s’est lancé dans le projet de reprise des variations de Goldberg, de Bach, tout en ajoutant ses propres variations improvisées entre chacune d’entre elles, un « impressionnant exemple de communication des esprits à travers le temps » (Telerama). Parmi ces nouveaux projets Dan Tepfer vient également de sortir un nouvel album en duo avec le saxophoniste Ben Wendel « Small Constructions » (Sunnyside/Naïve) déjà salué par la critique. (4 étoiles Jazz Magazine)
Dimanche 12 avril à 17h - Maison de la Musique et de la Danse

ONDIF
« Héroïque»
Beethoven fut le premier compositeur à se présenter ouvertement comme un génie romantique. La figure de Bonaparte le fascine : ce général français, si jeune, prêt à tout, s’appuyant sur l’élan de la Révolution française pour tenter de créer un nouveau modèle de société, totalement moderne pour l’époque.
Beethoven lui dédie sa Symphonie n° 3, la sous-titrant «Héroïque». Puis Bonaparte se fait sacrer empereur, renie ses idéaux révolutionnaires et annonce vouloir envahir l’Europe… Beethoven raye alors rageusement cette dédicace sur son manuscrit. Le mouvement lent – une marche funèbre – devient un hymne au héros perdu. Mais l’histoire a gardé en mémoire ce lien entre les deux héros romantiques. La musique en porte aussi la trace : jamais une symphonie n’avait jusqu’alors exprimé autant de puissance et d’émotion.
Puissance, élégance, émotion
Mercredi 15 avril 20h30


Pratique


THEATRE VICTOR HUGO 
14 avenue Victor Hugo 92220 Bagneux


Information : 
01 46 63 10 54 ou  reservationtvh@suddeseine.fr 

Site internet :

www.bagneux92.fr
w